3 signes que vous avez fait des voeux de pauvreté dans une vie antérieure

Je m’appelle Camille Vernat et tout ce que je vais vous révéler ici provient de mes nombreuses connexions aux Archives Akashiques.

C’est quoi un vœu de pauvreté ?

Un vœu de pauvreté c’est une promesse, un contrat, un engagement que l’on a prononcé pour renoncer à l’argent et rester dans la pauvreté. Ce n’est pas forcément signé manuellement comme on signe un contrat de mariage ou comme on achète une maison.

C’est aussi une promesse, faite à soi-même, ou à l’univers, à la vie, à dieu, verbalement ou non, consciemment ou non, à voix haute ou non, écrite ou non.

Comme quoi nous souhaitons renoncer à l’argent, nous souhaitons rester dans la pauvreté.

Alors vu comme cela, ça parait étrange de passer ce type de promesse.

Pourquoi se faire la promesse de se couper de l’argent ?

Et bien parfois, la vie fait que nous pouvons avoir de mauvaises expériences avec l’argent :

  • Cela peut-être par rapport à la famille, les croyances dans lesquelles on a baigné étant jeune, certaines familles pensent que l’argent est mauvais, alors que l’argent en soit c’est juste une manière d’échanger des services, ce n’est ni bien ni mauvais, l’argent il n’a rien demandé à personne (si c’est votre cas dites le moi en commentaire).
  • Cela peut être par rapport à notre expérience de vie, on a peut être gagné de l’argent puis perdu beaucoup d’argent, ou bien notre expérience avec l’argent nous a causé des soucis.
  • Nous pouvons aussi avoir une mauvaise image de l’argent par rapport à nos croyances religieuses ou spirituelles, si nous pensons qu’il n’est pas bon de gagner de l’argent (si c’est votre cas dites le moi en commentaire).
  • D’ailleurs certaines religion à une époque ont joué dessus, et ont laissé entendre qu’il fallait aider son prochain gracieusement, sans demander d’argent, que si l’on avait des dons il fallait en faire profiter gratuitement. Cette croyance implémenté par la société de l’époque, car ça les arrangeait bien que les gens travaillent bénévolement et ne demandent rien en échange, et bien cette croyance est encore très tenace aujourd’hui.
  • Je ne dis pas qu’il ne faut jamais aidé personne gracieusement, personnellement chaque mois je réserve une journée pour donner des soins gratuits, mais si vous avez des dons sachez que vous avez aussi le droit d’être rémunéré pour cela, car vous avez aussi besoin de vous loger/nourir… (si vous avez cette croyance dites le moi en commentaire et dites moi si d’après vous je me trompe)

Ces situations de vie peuvent générer des vœux, des contrats de pauvreté, passés dans cette vie ou dans une vie antérieure.

Par exemple dans une vie antérieure vous étiez moine ou soeur, et vous avez renoncé à l’argent monétaire, vous vous êtes engagé dans une vie de partage, d’aide, de communauté de manière complètement bénévole, et vous avez prononcé des vœux officiellement.

voeux de pauvreté

Alors voici 3 signes que vous avez peut-être passé un voeu, un contrat de pauvreté dans une vie antérieure :

  • Vous avez des dettes, des factures non prévues qui arrivent régulièrement et qui vous mettent en difficulté financière.
  • L’argent vous glisse entre les doigts, littéralement vous ne savez pas où il part, mais vous êtes constamment à découvert.
  • Vous pensez consciemment ou non, que vous ne méritez pas de gagner de l’argent, ou que vous ne pouvez pas monétiser vos dons, que vous n’avez pas le droit.

 

Si vous souhaitez travailler sur ces voeux, je vous invite à cliquer sur le lien ci-dessous pour en savoir plus : 

Articles conseillés

Quelle est votre famille d’ame ?

Une famille d’âme comme son nom l’indique c’est une groupe, auquel votre âme appartient.

Elles ont été décrites par Marie-Lyse Labonté dans son ouvrage “Les familles d’âme qu’elle aurait canalisé de l’Archange Michael.

C’est un point de vue intéressant et je trouve qu’elle a fait un travail remarquable.

lire plus

0 commentaires

Manuel Akashique

Gratuit : Pour s’initier aux Archives Akashiques

Je t’offre mon livre « Le manuel des Annales Akashiques ».